• Vol. 5 nº 2, novembre 2018

    Hans Zimmer is almost certainly the most important composer working today in Hollywood, particularly in his ability to drive prevailing trends in style; in a 2007 interview, Zimmer recounted a conversation with Harry Gregson-Williams: “Harry said to me, ‘Do you know, in the summer, if you look at the box office, four out of the top five films were done by people from here?’” (Hurwitz 2007). For better or for worse, this outsized influence has remained constant over the intervening decade, and the sustained success of composers writing from Zimmer’s studio in Santa Monica – Remote Control Productions – demonstrates his dominance in the industry. This dominance has not come without controversy, however.

  • Vol. 2 nº 2, mai 2015

    Le cadre de la relation continue entre réalisateur et compositeur permet de supposer la présence de constantes et d’une pensée musico-filmique consistante développées tout au long de la collaboration, surtout si la cohérence esthético-thématique du cinéaste, l’unité de leur œuvre, a déjà été questionnée. Le portrait qui suit constitue une partie de nos recherches cherchant à déterminer un modèle du processus créateur de Cronenberg et Shore, ce qui nous a menée à constater la présence de constantes, de figures artistiques communes aux processus créateurs filmique et musical, reliant ainsi les deux créateurs en une seule vision artistique : l’autodidacte, l’expérimentateur, l’improvisateur, le peintre-sculpteur, l’artiste-artisan.