• Vol. 8 nº 1, juin 2021

    Dans l’enseignement instrumental, quelle place l’interaction professeur-élève donne-t-elle au développement de l’autonomie de l’élève ? Cette question joue un rôle fondamental dans notre travail. Pour y répondre, nous abordons le problème du point de vue des enseignants. En effet, des travaux antérieurs (Ursin et Palionemi 2019) ont montré que la manière dont le professeur se représente son propre rôle est importante pour le choix de ses stratégies d’enseignement, tout en sachant qu’il peut exister une différence entre ce que l’enseignant dit et ce qu’il fait en réalité, ainsi qu’une interaction entre pratique et représentations de l’enseignant.

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Titre curieux, si ce n’est oxymorique, pour le lecteur encore non avisé du contenu de l’ouvrage, c’est à démontrer l’évidence de cette association jugée incongrue que s’attache Jacques Rancière. Professeur émérite de philosophie à l’Université Paris 8, il fréquente l’École normale supérieure de Paris où Louis Althusser est un de ses enseignants. Ils écrivent Lire le capital, puis Rancière se démarque de son professeur avec La leçon d’Althusser. Il publie sa thèse, La nuit des prolétaires, en 1981, alors qu’il participe activement à la revue Les révoltes logiques. Ses recherches sur l’émancipation ouvrière le mènent à la découverte de penseurs du peuple, méconnus ou oubliés, comme Joseph Jacotot, à qui l’on doit cette étrange formule du « maître ignorant » et dont les réflexions sont à l’origine du livre qui nous intéresse ici.


  • ISSN : 2368-7061
    © 2021 OICRM / Tous droits réservés