• Vol. 9 nº 2, novembre 2022

    Lorsqu’un mouvement est répété à plusieurs reprises, il est possible d’observer de subtiles différences entre chaque répétition de ce mouvement, et ce, même s’il s’agit d’un mouvement simple ou familier (Bernstein 1967 ; Newell 1986). Cette variabilité intra-individuelle (vi) du mouvement a longtemps été considérée comme une « erreur » du système moteur, c’est-à-dire du bruit indésirable présent dans les mécanismes impliqués dans l’exécution de mouvements (Caballero et al. 2017). Sa présence complique donc l’étude de la motricité humaine puisqu’il devient plus difficile de comparer la performance de plusieurs individus, ou différentes performances du même individu (par exemple, avant et après une intervention). Cette perspective a ainsi entraîné des efforts visant à éliminer ou à réduire la présence de cette vi du mouvement. Toutefois, il est maintenant accepté que la vi du mouvement est inhérente au mouvement et que son étude permet d’en apprendre plus sur le fonctionnement complexe du système neuromusculaire (Glazier et Davids 2009 ; Latash, Scholz et Schöner 2002).


  • ISSN : 2368-7061
    © 2023 OICRM / Tous droits réservés