• Vol. 9 nº 2, novembre 2022

    Puisque le but premier de l’appariement clinique est de donner forme à l’acouphène, lui donner une tangibilité (Henry 2016 ; Hébert 2020), nous pouvons émettre l’hypothèse que de s’attarder à des propriétés qualitatives comme le contenu spectral, la modulation temporelle, l’enveloppe dynamique et la localisation spatiale du percept, en plus de la hauteur et l’intensité, viendrait assurément enrichir cette caractérisation. La considération de l’ensemble de ces propriétés psychoacoustiques dans un appariement utilisant des outils de synthèse plus élaborés que l’audiomètre classique, couplée à la recherche auprès des musiciens, catégorie de participants qui, de par leurs connaissances en acoustique et formation musicale sont aptes à décrire leurs acouphènes et à discuter de leurs propriétés psychoacoustiques, permettra d’aboutir à la synthèse sonore de portraits acouphéniques détaillés, aussi proches que possible du ressenti, et possiblement plus complets que ceux obtenus lors d’une évaluation clinique typique.


  • ISSN : 2368-7061
    © 2023 OICRM / Tous droits réservés