• Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Cet article propose une réflexion sur ce qui a permis l’introduction de la médiation de la musique dans le milieu culturel et dans les institutions d’enseignement supérieur de la musique au Québec. Cette réflexion nous amènera à considérer les liens entre le développement de la médiation et les politiques culturelles canadiennes et québécoises récentes (2016-2018) en nous appuyant, entre autres, sur les textes d’orientation publique du Canada et du Québec et les plans d’action qui les accompagnent.

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    La réflexion proposée ici se focalisera particulièrement sur le concert dit participatif, cette catégorie semblant non seulement répondre de manière précise aux différents enjeux (sociaux, culturels, esthétiques) que pose la médiation de la musique, mais aussi produire des effets tangibles pour rendre à la fois la musique classique plus accessible et pour partager pleinement l’expérience même de la médiation.

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Comment appréhender la fabrication de la musique lorsque l’on cherche à la médier ? En quoi l’identification des différents acteur·rice·s qui participent à l’élaboration d’une œuvre donne-t-elle une prise sur ce qu’est une « œuvre » et ce qu’elle représente pour qui la reçoit ? Comment peut se situer un·e médiateur·rice dans cette activité de création, passée ou présente ? La médiation ne fait-elle pas elle-même partie du processus créateur en jeu ? En d’autres termes, ce texte se propose de montrer comment l’analyse de processus créateurs en musique, et en particulier l’analyse de leur dimension collective, éclaire la construction d’actions de médiation de la musique, notamment en contexte de « création ».

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Louise Campbell est clarinettiste, compositrice et médiatrice de la musique. Bien qu’elle vive et travaille à Montréal, elle est régulièrement sollicitée pour intervenir à divers endroits du Québec et du Canada (de Montréal aux Îles-de-la-Madeleine en passant par Ottawa). Équipée de sa clarinette, forte de son expérience de terrain et de son bagage artistique, elle part à la rencontre de publics toujours différents avec lesquels elle crée des moments de découverte et de partage autour de la musique.

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Kenny Thomas a le contact facile et partage avec plaisir ses expériences et son parcours. Dans le cadre d’un projet comme Samplicité volontaire, que nous vous présenterons dans cette entrevue, il intègre avec brio sa pratique artistique musicale personnelle à sa pratique de médiateur et réciproquement, brouillant ainsi les frontières entre intervention sociale et médiation culturelle.

  • Vol. 7 nº 2, octobre 2020

    Lieu dévolu principalement à la formation des interprètes, le Conservatoire de Paris (CNSMDP) s’est engagé récemment dans l’enseignement de la médiation aux musicologues et aux musicien·ne·s se destinant à la pédagogie, ouvrant ainsi les cursus à des disciplines moins exclusivement musicales, tournées notamment vers la sociologie et l’étude des publics. Afin de comprendre en quoi ce choix est révélateur à la fois de l’évolution de la musicologie et de ses pratiques, et des résistances de l’institution à une médiation musicale qui s’imposerait aux interprètes et aux compositeurs, nous reviendrons sur l’histoire du Conservatoire et de ses missions afin d’y observer l’apparition de la médiation et d’en étudier les développements.


  • ISSN : 2368-7061
    © 2020 OICRM / Tous droits réservés