• Vol. 6 nº 2, janvier 2020

    L’objectif de cet article est de mener une réflexion épistémologique sur la pratique de la musicologie numérique ou computationnelle avec différents corpus audionumériques dont l’électroacoustique. Cette pratique tourne essentiellement autour de l’usage de méthodes d’analyses musicales permettant d’étudier des documents audiovisuels. De nombreux outils, méthodes et théories sont issus de ceux utilisés ou développés par les compositeurs. Ainsi les logiciels et les méthodes employés pour créer les œuvres peuvent aussi servir pour les étudier dans une démarche inverse – une forme de rétro-ingénierie permettant de déconstruire l’œuvre – ou pour réaliser des modélisations en utilisant ou non les mêmes matériaux que les compositeurs. De même, les théories développées par les artistes pour produire leurs œuvres, travailler avec leurs étudiants ou simplement formaliser leur pensée peuvent aussi servir pour l’analyse musicale.

  • Vol. 6 nº 2, janvier 2020

    L’analyse musicale porte sur le sens et la signification en musique. Elle est toutefois amenée, notamment dans le cadre de démarches informatisées, à recourir à des mesures quantitatives pour appréhender son objet d’étude. L’analyse constitue à ce titre un point de cristallisation intéressant et complexe des défis épistémologiques que pose l’articulation entre quantitatif et qualitatif en sciences humaines et sociales, à commencer par la musicologie.
    Cet article examine les possibilités offertes par l’informatique pour l’étude d’unités sémiotiques musicales et de leur organisation. À cette fin, il dresse une cartographie des logiciels et projets d’analyse musicale assistée par ordinateur qui ont été réalisés au cours des dernières décennies.


  • ISSN : 2368-7061
    © 2020 OICRM / Tous droits réservés