Prochains séminaires du LAM – mai-juin 2021

Prochains séminaires du LAM (équipe « Lutheries – Acoustique – Musique » (LAM) de l’Institut Jean le Rond d’Alembert), en ligne, mai-juin 2021.

3 mai à 14h – Carole Fritz, Pascal Gaillard et Julien Tardieu, Université de Toulouse : First record of the sound produced by the oldest Upper Paleolithic seashell horn

Anthropologists and ethnomusicologists assert that there is no society without song, and more specifically, there is no ritual or celebration without accompanying sound. The production of sounds in social contexts is very ancient. Here, we report on the study of a seashell from the decorated cave of Marsoulas and demonstrate that the Magdalenian occupants of this site transformed this shell into a wind instrument. It is one of the very rare examples, if not the only one for the Paleolithic period, of a musical instrument fashioned from a large shell, and the first conch shell of this use thus far discovered. We already know that prehistoric people transformed many shells into portable ornaments and that they thus attributed substantial corporal symbolism to them. This seashell horn, with its unique sonority, both deep and strong with an enduring reverberation, sheds light on a musical dimension until now unknown in the context of Upper Paleolithic societies.

31 mai à 11h – Jérémy Marozeau : Écouter de la musique avec un implant cochléaire: ce n’est pas si mal après tout!

L’implant cochléaire (CI) est la prothèse neuronale la plus réussie du marché. Il permet à des centaines de milliers de personnes dans le monde de retrouver le sens de l’ouïe. Cependant, contrairement à une paire de lunettes qui peut parfaitement restaurer la vision, le CI présente encore quelques lacunes pour les sons non vocaux tels que la musique et les sons environnementaux. De nombreuses études ont montré que la plupart des utilisateurs de CI ont de grandes difficultés à percevoir les différences de hauteur ou à reconnaître des mélodies simples sans paroles ni éléments rythmiques. Par conséquent, les utilisateurs de CI trouvent la musique moins agréable par rapport à leur pré-surdité. Malgré cela, bon nombre de ces utilisateurs ne rejettent pas entièrement la musique et il n’est pas rare de voir de jeunes utilisateurs de CI écouter de la musique toute la journée, ou même jouer d’un instrument. Écouter de la musique est une expérience qui ne se résume pas à la somme des sensations induites par les éléments de base de la musique: hauteur, timbre, rythme. Écouter de la musique est une expérience agréable car elle suscite des aspects cognitifs de haut niveau tels que des réactions émotionnelles, le besoin de danser ou la sensation de tension musicale. Par conséquent, les utilisateurs de CI encore engagés dans des activités musicales peuvent bénéficier de certaines de ces fonctionnalités de haut niveau. Au cours de cette présentation, je parlerai de différentes études qui ont montré que les auditeurs avec un CI pouvaient percevoir l’émotion et la tension induites par la musique. Dans l’ensemble, ces études suggèrent que bien que la plupart des utilisateurs de CI aient des difficultés à percevoir la hauteur, des indices musicaux supplémentaires tels que le tempo et la plage dynamique pourraient contribuer positivement à leur plaisir de la musique.

28 juin à 11h – Ezra Teboul, PhD en Electronic Arts du Rensselaer Polytechnic Institute à Troy, NY, USA : De-composer l’électronique: analyse, archive et reprise d’oeuvres d’art technologique DIY

A partir d’une analyse et de projets de re-création des systèmes nommés Pygmy Gamelan par l’artiste Californien Paul DeMarinis, cette présentation offre une version critique de la rétro-ingénierie de l’électronique dans des contextes musicaux et créatifs. Cette rétro-ingénierie, critique et réflexive, est une méthode interdisciplinaire de recherche et de création, combinant par exemple des concepts d’ingénierie electronique, des analyses d’enregistrements empruntées a l’acoustique, et des recherches d’archives conventionnelles et informelles (par exemple, les collections David Tudor a Wesleyan University et au Getty Museum mais aussi des forums en ligne tel que freestombpoxes.org), Le contexte de création d’oeuvres d’art sonore et de musique électroniques parfois appelées « DIY » étant particulièrement chaotique et variable, cette méthode offre une flexibilité qui reflète la quantité d’information disponible pour ses objets d’étude ainsi que leurs conditions. Ceci implique la possibilité d’une réinvention partielle de certains projets dont les détails n’avait pas été parfaitement documentés: c’est la que l’archive et l’anarchive de Siegfried Zielinski se retrouvent. Néanmoins, une étude de la handmade electronic music avec ces méthodes permet de mieux comprendre les limitations historiques des Science and Technology Studies ou de l’archéologie des médias héritées de Trevor Pinch, Michel Foucault, et Wiebe Bijker: en combinant leur visions critiques avec la précision de méthodes quantitatives telle que l’analyse de circuits, nous pouvons mieux comprendre la connexion entre décisions techniques et conséquences artistiques sur de longues périodes. Ceci facilite le maintien d’une mémoire pratique d’oeuvres d’art expérimental complexes et référentielles.

Pour plus de détails : cliquez ici.


ISSN : 2368-7061
© 2021 OICRM / Tous droits réservés