• Vol. 7 nº 1, avril 2020

    En 1992, s’entretenant avec Martine Cadieu sur France Culture sur le thème de « composer-écrire en miroir », André Boucourechliev confiait : « Je suis compositeur, j’écris en tant que compositeur, j’écris aussi en tant qu’écrivain… Je tiens beaucoup à cette allégeance à l’écriture ; je la soigne, je la cultive, je la travaille. C’est une sorte de composition, l’écriture, pour moi ». Comme nombre de compositeurs de sa génération, le musicien n’a cessé d’interroger le geste créateur dans un constant aller-retour entre l’écriture de et sur la musique. Cette exploration a pris la forme d’articles et d’ouvrages dûment référencés en bibliographie.

  • Vol. 6 nº 2, janvier 2020

    L’ouvrage, paru en mai 2018 aux Éditions du Seuil, s’intéresse à la question de l’art dans les camps de concentration nazis à travers l’étude d’un document inédit, Le Verfügbar aux Enfers, « opérette-revue » écrite à la fin de l’année 1944 par l’ethnologue et résistante Germaine Tillion alors qu’elle était détenue au sein du block 32 du camp de concentration de Ravensbrück. Instrument de survie et moyen de création d’une identité collective à l’heure même où la négation de la personne humaine atteint son degré maximal, Le Verfügbar aux Enfers est une œuvre littéraire et musicale qui mobilise de nombreuses références issues d’un répertoire éclectique et qui fait place à une ironie parfois déconcertante.

  • Vol. 3 nº 2, mai 2016

    Le projet de recherche qui a donné lieu à ce dossier propose d’aborder les processus de remémoration musicale et de résistance par le chant et l’humour à travers un travail de création très particulier : Le Verfügbar aux Enfers, « opérette-revue » rédigée en 1944 dans le camp de Ravensbrück par un collectif de prisonnières réuni autour de l’ethnologue française Germaine Tillion. Cette « œuvre » encore peu étudiée du point de vue des sources est un collage multiforme qui combine dialogues parlés, passages déclamés et chansons « sur l’air de… » reprenant et détournant des mélodies et rengaines connues de l’époque, et représente ainsi la vie du camp sous l’angle de l’humour et de la dérision afin d’aider les déportées à résister et à survivre à l’horreur.


  • ISSN : 2368-7061
    © 2020 OICRM / Tous droits réservés