• Vol. 1 nº 1, novembre 2012

    L’approche utilisée ici s’inscrit dans la foulée des travaux récents menés par Serge Lacasse (2010) sur la voix chantée, et en particulier sur la phonostylistique appliquée à la musique. Issue entre autres des travaux de Pierre Léon (2005), la notion de phonostyle fournit un cadre théorique qui permet, selon le niveau analytique privilégié, d’identifier des traits vocaux rattachés à l’expressivité (niveau microanalytique), au contenu narratif des œuvres prises individuellement (niveau protagonistique ou opéral), au style personnel d’un interprète (niveau individuel) ou encore à un genre musical (niveau générique). Cet article tente de cerner l’apport de la nasalisation aux divers phonostyles du premier country-western québécois.