• Vol. 3 nº 1, février 2016

    La musique de Maurice Ravel (1875-1937) fait résonner un Orient singulier. Si dans ses œuvres orientalisantes on découvre l’ombre scintillante du monde de la pacotille « fin de siècle », on y trouve aussi les impressions sonores des expositions universelles de 1889 et de 1900 où il entend, entre autres, le gamelan balinais et les couleurs chaudes et rêveuses que la peinture et la littérature ont données à un Orient imaginé depuis plus de deux siècles. Mais qu’en est-il vraiment de la connaissance de l’Est de Ravel ?