• Vol. 2 nº 2, mai 2015

    La publication, en supplément d’un numéro spécial de La Revue musicale de 1926 consacré à la jeunesse de Claude Debussy, d’une mélodie jusque-là inédite du compositeur, a de quoi surprendre. D’une part parce que jamais auparavant il n’avait été question de ce Pierrot composé au début de l’année 1882. Et d’autre part parce qu’il donne du compositeur une image qui ne correspond guère à l’esthétique, tantôt impressionniste, tantôt symboliste, à laquelle on a l’habitude de rattacher Debussy. En effet, il s’agit d’une œuvre comique, faisant entendre à l’envi la mélodie attitrée du personnage de la commedia dell’arte : « Au clair de la lune ».

    Bien que la paternité de cet air soit souvent attribuée – sans certitude – à Jean-Baptiste Lully, il semblerait qu’il soit d’origine populaire : c’est en tout cas à cet environnement qu’il est communément associé. Mais le caractère atypique de cette œuvre ne repose pas sur la citation par un compositeur savant d’une mélodie populaire célèbre.