• Vol. 7 nº 1, avril 2020

    L’enquête menée auprès de personnalités du monde culturel et artistique apparaît en France au début des années 1890. Publiée dans les journaux et les revues, elle est diligentée par un journaliste qui questionne successivement plusieurs personnes sur un même sujet et publie leurs réponses au sein d’un ou plusieurs articles. D’abord menée auprès des hommes de lettres, l’enquête constitue un avatar de la fameuse « visite au grand écrivain » (Carbonnel 2004a). Elle adopte ainsi la forme d’un entretien retranscrit – que nous pouvons appeler enquête entretien – mais peut aussi se présenter sous la forme d’un questionnaire écrit auquel les enquêtés répondent par lettre – forme que nous pouvons qualifier d’enquête épistolaire. L’enquête constitue dans les deux cas un sous-genre de l’interview qui est elle-même une déclinaison du reportage.

  • Vol. 3 nº 2, mai 2016

    Lorsqu’elle est libérée par la Croix-Rouge suédoise le 23 avril 1945 avec plusieurs centaines de détenues, Tillion fait sortir clandestinement le manuscrit du Verfügbar avec d’autres documents contenant des informations de premier ordre sur le fonctionnement du camp. Mais ce n’est que bien des années après la guerre que Le Verfügbar aux Enfers sort véritablement de l’ombre. Tillion en cite d’abord des extraits dans son troisième Ravensbrück paru en 1988 (Tillion 1988), et le publie finalement comme un opus à part entière en 2005 (Tillion 2005). Cette publication marque les débuts de la seconde vie de l’opérette-revue ; rendu accessible, son texte devient par cette occasion une source et un objet d’étude pour les chercheurs, mais aussi une œuvre destinée à la scène. Or depuis la sortie du livre l’investissement du monde du spectacle à son sujet paraît plus important que celui de la recherche, les études menées étant généralement peu développées. Comment expliquer un tel décalage ?


  • ISSN : 2368-7061
    © 2020 OICRM / Tous droits réservés